Screenager

Album :  Origin of Symmetry
Enregistrement :  2001
Compositeur : Matt Bellamy
Producteur  : John Leeckie
Nombre de performances : 124 (46e)
Dernière performance : 2011

INFORMATIONS
Matt  : »Screenager c’est une jeune ado moderne dont la représentation est déformée car les magazines et la technologie refusent les corps dans lesquels nous vivons. C’est aussi à propos des gens qui se taillent les veines, j’avais des amis qui faisaient ca  et je ne savais pas pourquoi. J’ai essayé de saisir ce besoin de quelque chose de brutal pour se souvenir de son corps« . C’est une chanson à propos de la technologie et de comment au lieu de nous rapprocher ca nous éloigne les uns des autres.  Pour ce titre Dom utilise des os  pour la batterie .

LIVE
Screenager a commencé à être joué dès le Showbiz Tour. Elle fut logiquement joué à  l’ensemble des concerts du Origin Of Symmetry Tour.   Mais avec la sortie de Absolution, le titre disparaît des setlists. Il ne sera rejoué que 2 fois en 2011 à l’occasion des 10 ans de Origin Of Symmetry à Reading.

Screenager a d’abord été joué à la guitare jusqu’en Septembre 2001. Muse décide de la jouer au piano telle qu’elle apparaît dans le DVD du Zenith. Lors de ces performances , Matt joue généralement des morceaux de piano de Rachmaninov avant et après  Screenager en plus du futur solo de Butterflies & Hurricanes  à partir de 2002 (cf video). Lors de Reading & Leeds 2011 Screenager fut de nouveau joué à la guitare. 

PAROLES / TRADUCTION

Who’s so phony and always surrounded?
Stop your screaming – no one can hear
All the scars on your skin: ‘Post no
bills’

Who you were
Was so beautiful
Remember who
Who you were

Hide from the mirror – the cracks and the memories
Hide from your family – they won’t know you
now
For all the holes in our souls
host no thrills

Who you were
Was so beautiful
Memories who –
Who you were

Qui est si artificielle et toujours entouré ?
Cesse tes cris – personne ne peut les entendre
Toutes ces cicatrices sur ta peau : ‘n’envoie pas de notes’

Celle que tu étais
était si belle
Rappelle toi celle
celle que tu étais

Détourne toi du miroir – Des craquelures et des souvenirs
Cache toi de ta famille – ils ne te reconnaîtront plus maintenant
Pour toutes les lacunes dans nos âmes qui n’accueillent aucun frissons

Celle que tu étais
était si belle
Rappelle toi celle
celle que tu étais

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.